AssainissementEnvironnementla Une

Clôture du PAPHyR : Des résultats édifiants après 5 ans de mise en œuvre

Après 5 années de mise en œuvre, le Programme d’amélioration de l’accès à l’assainissement et des pratiques d’hygiène en milieu rural (PAPHyR-Bénin) est arrivé à terme. Un atelier de capitalisation et de clôture organisé à Cotonou le 10 décembre 2020 a permis de faire le tour des acquis du programme financé par le WSSCC et mis en œuvre par le MCDI. C’était une occasion de réfléchir sur les défis qui se posent au secteur de l’hygiène et de l’assainissement, notamment la fin de défécation à l’air libre.

Emmener les populations à adopter par elles-mêmes de bonnes pratiques d’assainissement et d’hygiène. Pour le PAPHyR, le défi était grand et l’enjeu important. Bien que le chemin ait été rude et parsemé de difficultés, au bout de 5 années de mise en œuvre, les différents acteurs impliqués se réjouissent des résultats obtenus. L’atelier de capitalisation et de clôture du programme PAPHyR permet donc aux participants de célébrer ces encourageants résultats. C’est aussi l’occasion de partager les expériences de réussites et ou d’échec, les difficultés rencontrées ainsi que les solutions adoptées. Les assises permettront également de discuter les leçons apprises, les défis qui restent et perspectives à venir. Selon la cheffe du programme PAPHyR, Adissoda Yadjidé Gbedo, c’est l’occasion de faire un retour sur le programme et le connaître davantage.

Pour le coordonnateur du WSSCC au Bénin, Félix Adégnika, même si l’impact d’un programme axé sur le changement de comportements ne peut être mesuré seulement au bout de 2 ou 5 ans, l’on peut tout de même se réjouir des succès enregistrés à travers le PAPHyR. « Commencé en 2015 avec enthousiasme et espoir, nous terminons une partie du travail que nous avons à faire avec satisfaction et détermination », souligne-t-il.

La directrice adjointe de cabinet du ministère de la santé salue également les résultats obtenus dans le cadre du programme. « …mais il s’avère indispensable de continuer à maintenir les acquis pour limiter le retour à la défécation à l’air libre », indique-t-elle. Cela est important pour l’atteinte de l’ODD 6.2 d’ici 2030. C’est-à-dire assurer l’accès de tous dans des conditions équitables à des services d’assainissement et d’hygiène adéquats et de mettre fin à la défécation à l’air libre en accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles et des personnes en situation vulnérable. « Nous sommes bien conscients qu’il reste encore à faire surtout en matière de changement de comportement de nos communautés qui ont pratiqué de façon séculaire la défécation à l’air libre », déclare-elle. Elle rassure que le gouvernement du Bénin ne ménagera aucun effort pour accompagner toutes les initiatives contribuant à l’atteinte de l’objectif mettre fin à la défécation à l’air libre au Bénin.

Des résultats édifiants

La mise en œuvre du programme PAPHyR s’est déroulée en trois phases et a permis d’impacter 27 communes dans 4 départements (Atacora, Donga, Borgou, Collines). Ce qui représente au total plus de 5 547 localités ayant mis fin à la défécation à l’air libre (FDAL), soit 1 107 830 personnes vivant dans un environnement de FDAL, dont 574 361 femmes et 533 469 hommes.
Grâce au programme et aux différentes approches, notamment l’Assainissement total piloté par les communautés (ATPC) adoptées, 970 165 personnes (500 825 femmes et 469 341 hommes) utilisent des latrines améliorées. De même, 956 457 personnes se lavent régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec de la cendre. Les interventions des facilitateurs du programme sur le terrain ont aussi touché 498 écoles impactant 74 721 élèves filles et garçons. 183 comités scolaires d’hygiène et d’assainissement sont mis en place et 185 autres redynamisés.

Retour sur le PAPHyR

Financé à hauteur de 6 476 426 dollars US par le Global Sanitation Fund (GSF) mis en place par WSSCC, rebaptisé Fonds pour l’hygiène et l’assainissement (SHF), le PAPHyR vise à favoriser un accès durable et équitable aux services d’assainissement, avec de bonnes pratiques d’hygiène à 1.931.099 personnes réparties dans 8181 localités rurales. Dans ce cadre, il s’agit spécifiquement pour le programme et ses acteurs de déclencher les populations avec les outils de l’ATPC pour amener les communautés à un état de FDAL ; obtenir des changements positifs de comportements de la population dans le lavage des mains, la gestion et l’entretien des latrines, l’hygiène domestique et alimentaire. Également, il doit contribuer à développer des mécanismes d’autofinancement de la construction des latrines par les communautés tout en aidant au développement de solutions locales de financement (tontine, microcrédit, …)
Par ailleurs, le PAPHyR entend œuvrer à une implication plus accrue des administrations communales pour la promotion des comportements favorables à l’hygiène et à l’assainissement.

Au terme de ses interventions, les différents acteurs ayant pris part à l’atelier de capitalisation et de clôture du programme se félicitent de ce 75% des objectifs de départ ayant été atteints. Également le programme enregistre 64% de performance. Les administrations territoriales et les structures étatiques décentralisées sont invitées par les participants à poursuivre le suivi afin d’éviter tout retour à la défécation à l’air libre.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité