Religion

Cultes endogènes : « Hounnongan Sèdégbé », une prêtresse sous l’aura des divinités

Être prêtre de divinités n’est pas que l’apanage des hommes. ‘’Hounnongan Sèdégbé Houngni’’, est le prototype de femme initiée et sous l’aura de plusieurs divinités érigées à son domicile. A la découverte de « Hounnongan Sèdégbé Houngni Avésron »…

Son domicile personnel, « Hounnongan Sèdégbé Houngni » le partage avec plusieurs divinités. Cette maison-couvent où trônent des divinités dont Sakpata (Dieu de la terre) ; Sakpata Aglo et Sakpata Dah Zodji, n’a pas été érigée sur un coup de tête. Tout a commencé par une initiation. A sa sortie du couvent en 2012, la prêtresse est désignée « Hounnongan Sèdégbé Houngni ». « Sèdégbé, c’est l’instinct, l’inné, c’est le sang qui parle, c’est la nature, c’est inné en moi, indéniable. Je n’ai pas choisi ça. Donc, c’est pour ça on m’appelle Hounnongan Sèdégbé Houngni Avésron. « Houngni » ça veut dire que ce sont les divinités qui ont mis leur bénédiction sur ça », explique la prêtresse.

Née pour être Hounnongan (prêtresse), pour avoir un couvent selon le sens de son nom d’initiation, « Hounnongan Sèdégbé Houngni » vit sous l’aura « protecteur » des divinités Ogou (Dieu du fer) ; Hêviosso (Dieu du tonnerre) ; Tobossou Vénanvi ; Lêgba, etc. En plus du Lêgba, le Fâ (science et oracle) a recommandé des divinités à « Hounnongan Sèdégbé Houngni ». La prêtresse vit avec toutes les divinités de la brousse. « J’ai Togbé Adélan ; Togbé Losso ; Morégah ; Kossokoh ; Gahougah ; Adélankplondjindjin ; Mami etc ». Ce qui lui vaut le nom d’initiée « Hounnon Avésron ».

Une initiation que la prêtresse justifie par des dispositions innées. « J’ai une clairvoyance depuis mon enfance, quand je ferme les yeux j’ai des visions, j’ai des prémonitions. Je pense que c’est pour ça, j’ai toutes ces divinités-là. Ce sont des divinités de clarté, de la clairvoyance et de la vision », confie Hounnon Avésron.

« Hounnongan Sèdégbé Houngni » indique que c’est elle-même qui est incarnée à travers les divinités Mami Sika Apouké ; Papa nin sou katamalya (la divinité à 3 têtes) ; Krishna et Shiva (divinité de l’Inde) ; Tohossou, Tohossou Alokpé ; Tohossou gadja ; Tohossou guidi gbahoun ; Lissa agbadjoumon ; Wêkê (une divinité de l’arc-en-ciel qui s’étend comme l’arc-en-ciel avec les sept couleurs de l’arc-en-ciel ; Assin ; Adjakpa Koliko qui trônent dans son domicile. Il y a aussi la divinité d’honnêteté et de clairvoyance  »Thron » qui est accompagnée de ces lieutenants, Banguélé kètèchi; Sakla; Adjakpa Koliko, et il y a aussi le Assin etc.

S’il a fallu plusieurs grandes cérémonies pour arriver à ce niveau, la prêtresse n’est pas non plus au bout du chemin. « Prochainement, je vais être intronisée « Balley », dignitaire du culte des Egouns-Egouns (revenants) », informe « Hounnongan Sèdégbé Houngni ».

Le processus d’intronisation est enclenché depuis 2014 mais la prêtresse a confiance qu’il ira à son terme dans les tous prochains jours.

« Hounnongan Sèdégbé Houngni » ou « Hounnon Avésron Hwèdoxi » vit à Bordeaux (France) depuis l’âge de 10 ans. Elle a reçu l’appel des divinités à l’âge de 33 ans lors d’un séjour auprès de ses parents qui vivaient à Cotonou.

Sènou Achille OTI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité