la UnePolitique

Politique : Wrop-Bénin et l’Ong Grad-Fb œuvrent pour une meilleure représentation de la femme

Organisé conjointement par la plateforme Wrop-Bénin et l’Ong Grad-Fb, l’atelier de validation de « l’étude d’avancement des réformes politiques en faveur de la femme au Bénin » s’est tenu le mercredi 16 mars 2022 à Cotonou avec le soutien de Iri et de l’Usaid.

C’est la socio-anthropologue Dr Justine Hounzanmè qui a présenté à la trentaine de participants issus de la société civile, du gotha politique et du secteur des médias les résultats de « l’étude d’avancement des réformes politiques en faveur de la femme au Bénin » dont elle a conduit les travaux en qualité de consultante. Sa présentation est axée essentiellement sur deux articles, l’un de la Constitution et l’autre du code électoral.

En s’appuyant sur des exemples concrets tirés notamment de ses entretiens avec les enquêtés, Dr Justine Hounzanmè a mis en exergue les avantages et les limites de l’article 26 de la loi fondamentale béninoise qui stipule : « L’Etat assure à tous l’égalité devant la loi, sons distinction d’origine, de race, de sexe, de religion, d’opinion politique ou de position sociale. L’homme et la femme sont égaux en droit. Toutefois, la loi peut fixer des dispositions spéciales d’amélioration de la représentation du peuple par les femmes. L’Etat protège la famille, particulièrement la mère et l’enfant. Il porte assistance aux personnes porteuses de handicap ainsi qu’aux personnes âgées. » Il en est même de l’article 144 du code électoral qui prescrit en son alinéa 1er que « Le nombre de députés à l’Assemblée nationale est de cent neuf(109) dont vingt-quatre sièges exclusivement réservés aux femmes. »

Satisfaits de la qualité et de la pertinence de l’exposé du Dr Justine Hounzanmè, les participants, au nombre desquels la deuxième adjointe au maire de Bohicon, Mme Elisabeth Agbossaga, ont apporté des témoignages et des contributions enrichissants aux débats. Pour conclure, la consultante a recommandé aux participants d’observer la vigie, seul gage pour une mise en œuvre effective des lois qui favorisent la participation de la femme aux instances de prise de décisions. Et pour ce faire, a-t-elle ajouté, il faut déconstruire les normes de genre qui confinent la femme dans des rôles secondaires.

Par ailleurs, trois allocutions ont meublé la cérémonie d’ouverture des travaux. Ainsi dans son discours d’ouverture, la présidente de Wrop-Bénin, Mme Venise Falola Djogbénou, a rappelé que « la représentation des femmes dans les instances de prise de décisions et leur accès dans l’arène politique est le cheval de bataille de Wrop-Bénin.» à sa suite, la présidente de Grad-Fb, Mme Pierrette Déguénon, a remercié « les partenaires et les Osc pour le succès de la collecte des données ».  Le directeur programme résident de l’Iri, M. David Thirlby, quant à lui, s’est réjoui de « recueillir les opinions des uns et des autres sur ce qui est fait ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité