BéninGouvernancela UneSociété

Sécurité aérienne : COSPAS-SARSAT et le Bénin s’engagent à renforcer leur coopération

Le Bénin poursuit son envol dans le secteur de l’aéronautique. Après la construction annoncée d’une école de pilotage puis d’une centrale de surveillance des aéronefs en détresse à Cotonou, COSPAS-SARSAT et le Bénin se donnent la main pour intensifier leur collaboration.

« La mise en place d’une collaboration renforcée avec COSPAS-SARSAT fait entrer le Bénin dans l’aire spatiale ». C’est la substance de la déclaration du Commandant Marcel Okambawa à la sortie de la rencontre de travail entre la délégation béninoise et le secrétariat international de COSPAS-SARSAT. Le jeudi 6 octobre dernier à Montréal, les deux parties ont jeté les bases d’une coopération renforcée. Elles ont, par la même occasion établi un agenda de travail en vue de la mise en place de partenariats bilatéraux. Les secteurs d’activités concernés sont la recherche et le sauvetage des aéronefs en détresse d’une part et la prévention des enlèvements d’autre part. Pour le commandant Marcel Okambawa, cette coopération a un double intérêt pour le Bénin.

« Ce sera d’abord l’occasion de décupler nos capacités d’intervention et de déploiement rapides des secours dans une situation de recherche et de sauvetage. Elle permettra aussi de renforcer notre dispositif de sécurité nationale et de prévenir les enlèvements, contribuant ainsi à faire du Bénin un des pays les plus sécurisés de la sous-région de l’Afrique de l’Ouest. »

COSPAS-SARSAT est une organisation intergouvernementale fondée en 1979. Elle est issue de la coopération entre les États-Unis d’Amérique, le Canada, la Fédération de Russie et la France. Il s’agit d’un système mondial d’alerte et de localisation de radiobalises et de localisation des sinistres. Le réseau de satellites de ce système couvre plus de 200 pays et territoires. Avec son statut de membre en règle de COSPAS-SARSAT acquis en cette année même, le Bénin est entré dans un cercle fermé dans le domaine de l’aéronautique et nourrit déjà de grandes ambitions. « Il y a très peu de pays africains qui ont ce privilège. Nous prévoyons de continuer les échanges avec les responsables pour accueillir sur le territoire national, une centrale de COSPAS-SARSAT dans un proche avenir » a révélé Karl Legba, le Directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC).

Un autre volet de la collaboration entre COSPAS-SARSAT et le Bénin a été abordé au cours des travaux. Il s’agit de la sécurisation des zones frontalières et des parcs nationaux, notamment le Parc de la Penjari et le Parc W. L’objectif est de prévenir les menaces d’enlèvement et de mieux protéger les agents en charge de la faune, les forces de l’ordre et les touristes. Pour y arriver, il est prévu l’installation systématique de balises d’urgence sur les véhicules et les personnes.

Herman AHOUANDE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité