BéninEconomiela Une

Zone industrielle de Glo Djigbé : La Banque mondiale offre une visite guidée à de jeunes activistes

Le lundi 7 novembre dernier, la Banque Mondiale a offert l’opportunité à de jeunes activistes de visiter le Centre de formation aux métiers du textile, logé dans l’enceinte de la Zone industrielle de Glo-Djigbé(Gdiz). Cette initiative s’inscrit dans le cadre, au Bénin, de la commémoration de la journée internationale de lutte contre la pauvreté, célébrée le 17 octobre 2022.

Ils sont une quinzaine de jeunes activistes béninois, tous détenteurs d’un blog, à prendre d’assaut cet après-midi du lundi 7 novembre 2022 le Centre de formation aux métiers du textile implanté dans la zone industrielle de Glo-Djigbé. Sous la direction de la Banque Mondiale, ces jeunes sont allés à la découverte du Projet d’inclusion des jeunes (Prodij), initié par le gouvernement et financé par l’institution de Bretton Woods.

« Au regard des informations lues dans la presse locale sur la zone, je m’attendais à retrouver des Indiens et des Pakistanais. Mais ici, j’ai vu beaucoup de Béninois qui travaillent sur le terrain. Ceci est une très bonne chose », constate le jeune activiste Max Zoumènou. Il ajoute fièrement : « Je compte sensibiliser autour de moi les jeunes qui n’ont pas eu la chance d’être scolarisés sur la possibilité qu’il y a pour eux d’être formés et d’exercer au Bénin des métiers liés aux industries ».

Cet enthousiasme est largement partagé par l’ensemble des jeunes visiteurs. Pour Euphrosine Ogouteïbo, l’initiative est en adéquation avec l’autonomisation de la jeunesse. «  Visiter le centre m’a permis de découvrir ce qui s’y fait pour pouvoir en parler à l’international. C’est toujours le Bénin qui gagne », apprécie-t-elle gaiement. Ainsi sur le site, les bloggeurs ont découvert une multitude de stagiaires munis de leur cache-nez et guidés par des industriels étrangers dans le processus de confection des tee-shirts 100% coton, Made in Benin.

Pour cette première phase, selon le Secrétaire technique du Prodij Wilfried Gbessi, les bénéficiaires du projet sont près d’un millier de jeunes âgés de 18 à 30 ans, peu ou pas instruits. « On met les jeunes en stage dans des entreprises pour que celles-ci puissent les former, les remodeler, les reprofiler au format des entreprises et des industries », confie ce cadre de l’Agence nationale pour l’emploi (Anpe). À en croire ses explications, les apprentis en plus d’être gracieusement formés perçoivent mensuellement une allocation variant entre 30.000 et 45.000 francs comme frais d’installation. « Nous pensons aussi installer une garderie au sein du Centre pour ceux d’entre eux qui ont des enfants », informe-t-il.

La rencontre des jeunes à la Gdiz s’est soldée par une visite guidée des lieux en compagnie de Herbert Moutangou, le responsable commercial de la Société d’investissement et de promotion de l’industrie-Bénin (Sipi). Selon lui, la zone industrielle de Glo-Djigbé s’étend sur une superficie de 1640 hectares dont l’aménagement se fait progressivement, en fonction des phases du projet de construction. Pour le cadre de la Sipi, « rendre opérationnelle cette zone qui possède déjà des entités administratives, quelques industries, des bureaux de banque et d’assurance contribuera à la création de nouveaux emplois ».  il souligne à cet effet la nécessité pour les jeunes de travailler à être compétents sur le plan professionnel.

Darie da SILVA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité