Religion

Religion : Pour la paix, Daagbo Hounon Tomadjlèhoukpon II et OSA proposent “le dialogue interreligieux”

Invité de la seconde causerie du Press Club « Café Médias Plus » du vendredi 10 septembre, Son Éminence Daagbo Hounon Tomadjlèhoukpon II Houwamènou souligne l’importance du dialogue interreligieux dans le développement et la stabilité d’une nation. Principal responsable de l’Ordre Suprême des Ancêtres, il saisit l’opportunité pour faire connaître ledit Ordre et ses objectifs de promotion des religions endogènes.

« Les religions endogènes et vernaculaire du Bénin, rempart contre les tensions religieuses et politiques : ce que la participation de OSA au G20 Interfaith Forum apporte au Bénin ». C’est le thème autour duquel ont tourné les échanges entre l’invité de Café Médias Plus et les professionnels des médias. Des réponses apportées aux questions des journalistes, il ressort que l’Ordre Suprême des Ancêtres est un organisme avec pour objectifs d’organiser, mobiliser, promouvoir et défendre les intérêts de la communauté mondiale des cultes endogènes, dont le vaudou. L’organisation vise également faciliter l’épanouissement de tous les acteurs de ces religions dites traditionnelles. Il s’agit plus précisément d’un Organisation Non Gouvernementale (ONG) créée 4 ans plus tôt. Elle entend faire en sorte que les “50 millions de vaudouïsans” qui existent à travers le monde puissent reconnaitre cette identité culturelle, indique le trésorier général de OSA, Wilfried Serge Martin.

Au nombre des nombreuses actions de OSA, il y a la facilitation du dialogue religieux. « Le dialogue interreligieux est un outil important pour la paix des nations », souligne le pontife Daagbo Hounon Tomadjlèhoukpon II Houwamènou. Selon lui, le cap à franchir dans le processus de pacification entre les religions, c’est la capacité des uns et des autres à reconnaître et à accepter l’entité adorée par le vis-à-vis. Une expérience que fait déjà assez bien le Bénin. L’un des ce modèle est la construction de la Basilique de Ouidah juste en face du temple de pythons. « C’est les dignitaires des cultes endogènes qui ont donné du sable et de la main d’œuvre pour la construction de l’Église », clarifie l’invité de Café Médias Plus.

Dans le cadre de ces actions, OSA est invité à participer au G20 Interfaith Forum le 13 septembre à Bologne en Italie. L’organisation y sera représentée par Son Éminence Daagbo Hounon Tomadjlèhoukpon II Houwamènou lui-même. Un rendez-vous au cours duquel, il va prononcer une allocution sur « les religions endogènes et vernaculaires du Bénin, rempart contre les tensions religieuses et politiques ». Par ailleurs, la rencontre d’Italie permettra de débattre de beaucoup de sujets. Entre autres, il y a la violence, le réchauffement climatique, etc. « Nous y allons pour apporter l’expérience du Bénin aux autres et aussi apprendre des autres afin de l’expérience chez nous », déclare l’homme religieux.

Pour le trésorier général de OSA, à son retour le pontife se penchera sur la vulgarisation et l’enracinement du dialogue interreligieux. Selon lui, les leçons qui auront été apprises lors de la rencontre d’Italie faciliteront le processus de dialogue et le renforcement de la cohabitation des différentes religions tant au Bénin qu’à l’extérieur. « Daagbo Hounon est une mine d’or, une richesse, une identité culturelle. Il faut faire sortir Daagbo Hounon pour que les préjugés qu’il y a sur le Bénin et sur le vaudou puissent tomber », souligne Wilfried Serge Martin. Pour ne pas s’en arrêter là, il ajoute « nous allons y travailler et faire en sorte qu’on reconnaisse la palais Houhoué comme étant le centre mondial du vaudou. »

Franck-Marie AGOSSOU

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité