Infrastructurela Une

Sécurité aérienne : Cotonou bientôt dotée d’une centrale de surveillance des aéronefs en détresse

Le Bénin et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) ont signé un protocole d’entente pour le développement, l’hébergement et l’exploitation du système mondial de localisation des aéronefs en détresse. L’accord a été officialisé ce 4 octobre à Montréal en marge de la 41e assemblée triennale de l’organisation.

Le Bénin franchit un nouveau cap dans le secteur de l’aviation. Après l’annonce de la construction d’une école de pilotage et de l’aéronautique, Cotonou s’apprête à abriter une autre infrastructure d’envergure. Il s’agit d’une centrale de surveillance des aéronefs en détresse. Le protocole d’accord a été signé entre le Bénin et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) le 4 octobre dernier. La mise en place de ce type de protocole d’entente est une première pour le Bénin. Il lui garantit une coopération technique et permanente avec l’OACI dans les domaines de la sécurité aérienne et du renforcement du dispositif international de surveillance, de recherche et de sauvetage des aéronefs en détresse. « La signature d’un protocole d’entente avec l’OACI visant l’hébergement et l’exploitation à Cotonou d’une de ses agences techniques reconnait que le Bénin est un meneur de jeu en matière d’aviation civile dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest », a affirmé le Capitaine Coffi Marcel OKAMBAWA, chargé de mission du chef de l’État. Pour lui, « cette marque de confiance vient supporter le projet visant à faire du Bénin une plaque tournante du transit aérien en Afrique avec la construction prochaine du nouvel aéroport de Glo-Djijbé ».

Pour implanter ce projet, le Bénin va travailler en collaboration avec le Bureau de la navigation aérienne de l’OACI mais aussi avec Eurocontrol, le régulateur du ciel européen. Le Directeur général de l’ANAC s’est réjouit de ces opportunités qui s’offrent au Bénin. « Travailler en étroite collaboration avec l’OACI et Eurocontrol lors de la phase de développement du système mondial de localisation des aéronefs en détresse permettra à l’ANAC d’acquérir de meilleures pratiques en matière de gestion aéronautique et de renforcer la position du Bénin en Afrique » a précisé Karl Legba. Le dispositif de surveillance des aéronefs en détresse fixe une nouvelle norme en matière de sûreté aéronautique. Désormais, les avionneurs devront installer comme équipement de série sur tous les nouveaux appareils, une balise d’urgence qui sera automatiquement activée si l’avion dévie de son plan de vol ou adopte un comportement irrégulier. Le système sera opérationnel en 2024.

Herman AHOUANDE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité